Les voies du mieux-être

conversation • relation • mobilisation

Nos enfants vont-ils bien?

En octobre 2013, le Dr Brendan Hanley, le médecin hygiéniste en chef du Yukon, a fait une présentation intitulée Getting the best start: A recipe for healthy children, dans le cadre d’un colloque axé sur la petite enfance à Whitehorse. Il a souligné les domaines dans lesquels les enfants yukonnais font bonne et moins bonne figure. Il a également parlé des façons d’améliorer la qualité de vie des enfants.

La présentation du Dr Hanley est divisée en trois parties d’environ 10 minutes chacune (en anglais).


[http://www.youtube.com/watch?v=h7olxaYofdk]

En janvier 2013, nous avons fait venir au Yukon le Dr Dennis Embry, un spécialiste de la prévention, afin qu’il nous parle de la façon dont nous pouvons améliorer la qualité de vie des Yukonnais de tous âges en posant de petits gestes.

Il s’appuie sur des données provenant des États-Unis pour démontrer que de plus en plus de jeunes souffrent de problèmes de santé mentale, comme l’anxiété, la dépression et la toxicomanie, de plus en plus tôt dans leur vie. À titre de spécialiste de la prévention, il s’intéresse aux façons de réduire les risques de maladies mentales chez les jeunes afin qu’ils puissent mener une vie heureuse, stimulante et productive. Il suggère les pistes suivantes :

  • Traiter tous les enfants comme s’ils étaient « nos enfants ». La santé et le bien-être des enfants sont influencés par la santé et le bien-être de leurs amis, des amis de leurs amis, et ainsi de suite. Pour améliorer la qualité de vie des enfants, il faut penser en termes de population totale – quelles mesures pouvons-nous prendre pour améliorer les conditions de vie de tous les enfants?
  • Offrir un « bagage de vie » à tous les enfants. De quoi ont-ils besoin pour réussir? Qu’est-ce qui va les ralentir?
  • S’inspirer des données scientifiques pour découvrir des « vaccins comportementaux ». Ces « vaccins » fonctionnent de la même façon que ceux utilisés pour protéger les enfants contre des maladies infectieuses telles que la varicelle ou la rougeole. Ils offrent aux enfants ou à leurs parents les outils nécessaires pour réussir dans la vie, réduisant ainsi les risques que les enfants développent des troubles mentaux, émotionnels et comportementaux.
  • S’inspirer de ce qui fonctionne depuis plusieurs générations. Citons l’exemple du rôle de protection des oméga-3 du poisson et des légumes à feuilles vertes.


[http://www.youtube.com/watch?v=h7olxaYofdk]

Pour en savoir plus :